Véronique BALIN-KOURGOUSOFF

 

« Celui qui combat peut perdre, mais celui qui ne combat pas a déjà perdu » -Bertold Brecht, Ecrits sur le théâtre.
Peindre pour lutter, dépasser son propre émoi, transcender.
Pour ne pas jeter l’éponge, et protester silencieusement contre l’indifférence du regard.
Le combat est ouvert, prenant résolument le parti de l’acte de peinture.


Tel est l’engagement.


VBK décline des séries de factures différentes au gré des rencontres de sa vie.
Elle utilise ainsi des supports, des média et des techniques variables selon ce qu’il importe d’exprimer.